Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/11/2013

Les charlatans du Canal du Midi!

Les charlatans du Canal du Midi !

 Saint du jour :                 Saint Sèverin

 Contrepèteries :             Les bas-quartiers de Paris sont minables

                                            Le Pont Neuf fait un bon soixante pieds

                                            Sagesse est source de foi

                                            Seize heures de bagnole

 Dicton Français :.            C'est parce que la fortune vient en dormant que celle-ci arrive si lentement

 Dicton Juif :                      Il est plus facile de connaître dix pays qu’un seul homme

 Dicton Africain :              Si un pays veut se construire, qu'il se repose sur la culture

 Proverbe Chinois :          Les excès tuent plus sûrement que les épées

 Dicton du jour: 

 Toute politique décadente multiplie sans fin le nombre des lois

 Georges Soulès

 

On parle beaucoup de l’incompétence des Voies Navigables de France mais avez-vous remarqué toutes ces personnes qui ont des idées lumineuses concernant l’utilisation du Canal du Midi, mais uniquement dans les grandes occasions, pour le 26ème Congrès mondial des voies d’eau et canaux ou pour les élections, par exemple. Ces gens parlent mais lorsqu’il s’agit de passer à l’action, plus personne.

Les exemples pris sont tous issus de la matière grise d’éminents Toulousains mais c’est tout le long du monument que naissent de telles stupidités.

Comme déjà dit dans un précédent billet que de déclarations, que d’idées dites « innovantes » ont pu être écrites sur les journaux. Celles qui suivent reflètent le charlatanisme de personnes qui parlent pour ne rien dire ou pour se mettre en avant. 

 Le transport de poteaux électriques abandonnés :

Projet répétitif ressorti par le Président de l’Association des communes du canal des Deux Mers pour le 26ème Congrès mondial.

Comme aurait dit Coluche « En voilà une idée qu’elle est bonne », mais c’est dommage que cette personne « responsable », ne développe pas plus son idée. Cela ne durera qu’un temps très court car ce type de marchandises ne doit pas être en grand nombre maintenant. Aucune explication d’où viennent ces poteaux ni comment ils seront transportés jusqu’au canal ni où ils seront transportés et à quoi ils serviront, prouvant ainsi l’absence de réflexions.

 Le marché du Canal à Toulouse:

Idée EELV Madame Charles conseillère municipale de Toulouse.

Autant déplacer le marché Cristal au bord du Canal du Midi et le renommer. Sinon pourquoi ne pas avoir fait depuis longtemps,  le transport des fruits et légumes des marchés de Toulouse par péniche. Et même, pendant qu’on y était, transporter toutes les marchandises vendues dans Toulouse ?

D’où viennent les marchandises, on ne sait pas, mais en règle générale, les fruits et légumes viennent du M.I.N de Lalande, alors un marché pour transporter des produits de Lalande au centre de Toulouse, soit 4 à 5 kilomètres avec 3 écluses à passer, ou est l’avantage, pour les producteurs, les vendeurs, pour Toulouse et surtout pour le canal ? Madame Charles, pourriez-vous donner de plus amples renseignements sur cette idée que vous n’avez jamais développée.

 Le transport péniche vélo de Lalande à Ponts-Jumeaux :

On a pu lire dans de nombreux journaux cette idée séduisante qui, au dire des journaux locaux, La Dépêche du Midi et Midi Libre, devait être mis en place avant la fin 2013 à Toulouse par la Société Labatut. A ce jour, nous n’avons encore pas vu le projet se développer et les explications données sont pour le moins surprenantes. Ce qui est possible sur une rivière telle la Seine à Paris (lorsqu’elle n’est pas en cru), ne l’est plus sur un canal avec des écluses, sinon les temps d’attente vont se multiplier. Alors pour éviter les écluses, on veut transporter les marchandises sur 3 kilomètres seulement. A quoi cela sert-il de ramener des marchandises à l’entrée de Toulouse (alors que de nombreux entrepôts s’y trouvent déjà), les transporter par péniche jusqu’aux Ponts-Jumeaux soit 3 kilomètres et les transborder sur des vélos qui auront beaucoup de problèmes pour monter la rampe afin de reprendre la route dans un endroit qui est certainement le plus passager en véhicules de toutes sortes et donc extrêmement dangereux.

 Le transport de déchets jusqu’à Montech depuis Toulouse :

Encore une idée qu’on retrouve souvent dans des campagnes électorales de gauche ou de droite. Le monstre du Loch Ness du Canal des Deux Mers.

Transporter des déchets de l’agglomération Toulousaine jusqu’à l’usine de méthanisation de Montech. Rien de dit dans les quelques études rapides faites par nos politiques, que l’usine de Montech peut absorber le volume de détritus de Toulouse. Aucune étude financière n’a été faite pour vérifier la rentabilité d’une telle étude. En fait il ne s’agit que d’une idée uniquement politicienne et électorale.

  

Mais dans la liste des idées bien étudiées, nous allons décerner la palme des idées saugrenues à cette idée de réemploi des vases et boues déversées par les VNF derrière des murs.

Faire un mur anti-bruit et un aménagement paysager le long du canal latéral entre Ponts-Jumeaux et Lalande, écluse de la Glacière.

Par elle-même, l’idée part d’un bon sentiment car le canal latéral est absolument à l’abandon et pas seulement de la part des VNF mais aussi de la part de toutes les collectivités locales (sauf depuis qu’on s’est aperçu que le Congrès approchait) et les promenades ou l’activité physique y sont rendues difficiles par le bruit, la puanteur, les ronces et les démangeaisons occasionnées par des petites bêtes.

Mais dans la réalité et malgré ce que disent les inventeurs de cette idée qui annoncent une pré-étude déjà effectuée et la mise en place d’un comité de pilotage (une grande idée très à la mode) comme indiqué dans un courrier envoyé au Maire de Toulouse, c’est complètement infaisable en l’état, l’infaisabilité ayant été validée par de nombreux professionnels qui ont bien rigolé. Imaginez un mur anti-bruit en boue dans un corridor de moins de un mètre alors qu’une hauteur de mur de 6 mètres minimum serait nécessaire, donc une largeur au sol de 12 mètres (le double de la hauteur). Va-t-on supprimer des voies sur le périphérique Toulousain pour construire un mur anti-bruit le long du canal ? Et que faire aux endroits, très nombreux, ou le périphérique surplombe le canal ? Quant à l’aménagement paysager, il faudrait peut-être nous expliquer ce qu’on va faire pour supprimer la voie ferrée, la route, les entrepôts, qui longent immédiatement la cuvette du canal latéral ? S’agissait-il d’une idée électorale pour faire partie d’une liste sur Toulouse ? Sans aucun doute car nous n’entendons plus parler de cette idée totalement bidon qui est pourtant parue sur La Dépêche du Midi, ce qui tend à prouver que tous les articles sont vérifiés avant d’être jetés en pâture. En gros, cette idée géniale, si elle était faisable, coûterait des dizaines de millions d’euros, et pour quelle utilité ? Le réemploi des boues laissées par les VNF derrière les murs.

  antibruit01.JPG

 

antibruit02.JPG

antibruit03.jpg

En regardant ces photos,

 Pouvez-vous expliquer comment faire

 Un mur anti-bruit et du paysager

 A moindre coût !!

  

 

Alors maintenant, une seule question : « Quand est-ce que des personnes intellectuellement et politiquement saines, se pencheront sur l’avenir du Canal du Midi et du Canal des Deux Mers ? Quand verra-t-on une réflexion construite sur un retour au fret et contre cette destruction organisée de nos cours d’eau ? »