Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/05/2014

Municipales: les bobards de prétendus vainqueurs occitans!

Avec un peu de retard, nous aimerions revenir sur les municipales et surtout sur un article qui est passé sur les journaux locaux  et qui démontre bien qu’aucun contrôle n’est effectué par certaines rédactions lorsqu’il s’agit d’articles écrits par des tiers et que certaines personnes se servent ouvertement des journaux et autres médias pour se faire une fausse publicité.

Depuis Octobre 2012, des articles mettaient en avant une association au nombre très limité d’adhérents. On aurait pu croire que cette association influait sur le gouvernement et était forte d’une armée de colleurs d’affiches. Le but de cette manipulation médiatique : obtenir des places sur des listes municipales et être élus, non pas pour influer sur la vie locale, mais pour avoir une place au chaud. Fin 2012, cette association annonçait même présenter des candidats dans toutes les grandes villes de l’Aude telles Narbonne, Carcassonne, Castelnaudary, Lézignan, entre autres. (voir par exemple Le Midi Libre du 29/01/2013, ou L’Indépendant du 28/01/2013 et son inénarrable photo représentative de cette association).

Le résultat a été tout autre, aucun candidat ne représentait cette association dans des listes sauf à Carcassonne, lequel candidat a été battu alors qu’il était conseiller sortant. Quel succès! Il est même curieux de constater que 2 personnes réélues, dont une comme maire, et qui étaient auparavant adhérents de l’association, n’ont même pas été reconnus comme étant représentatifs du mouvement ou de l’association.

Mais qu’à cela ne tienne, deuxième étage de la fusée, ces quelques braillards se sont alors raccrochés aux valeurs portées par un groupement de femmes et d’hommes de bonne volonté désirant faire vivre la culture  et la langue Occitane sur l’ensemble du territoire Occitan, c’est-à-dire, pas seulement un petit territoire même pas grand comme un département, mais rassembler sur un tiers de la France. Bastir 14, tel est le nom de ce groupement, qui avec à sa tête David Grosclaude et Guilhem Latrubesse, conseillers régionaux, a créé un label Occitan multi régional dont s’est revendiqué illico notre association de bras cassés.

Evidemment, comme après chaque élection, il est bien connu que tout le monde a gagné. Alors nos gais lurons ont allumé le troisième étage de la fusée afin de se faire un maximum de publicité, eux qui ne représentent rien du tout. Alors, rien de plus facile en alertant les médias d’une réunion des élus occitans puis après cette réunion en faisant placarder sur les journaux locaux le compte-rendu de cette réunion avec photo à l’appui. Mais ce qu’il y a de grave dans tout cela, c’est que le compte-rendu est mensonger et ne reflète absolument pas les faits. Il est annoncé 20 élus occitans dans l’Aude, alors il vous suffit de vous reporter à l’excellent site Bastir 14 pour vous apercevoir qu’il y a eu en tout 55 élus dans l’ensemble des régions dont seulement 9 dans l’Aude, vous pouvez y trouver les noms et ville ou village de chacun des 9 élus. Deuxième mensonge, les 200 personnes qui se sont retrouvés lors de cette réunion. Nous étions présents au dehors et nous avons pris des photos de l’énorme attroupement de…. 30 personnes maximum. Nous ne publions pas les photos mais nous l’aurions pu.

Cette association pour être encore plus crédible a fait figurer une photo ou seraient rassemblés les 20 élus, mais par malheur, il ne figure même pas les 9 personnes, il en manque, alors se pose la question : QUI SONT LES INCONNUS NON ÉLUS ? Facile à répondre, vous prenez les 4 ou 5 gais lurons dont les têtes  s’affichent régulièrement sur vos journaux pour faire part de leurs atermoiements, et vous y ajoutez quelques-uns des participants par l’odeur de l’alcool alléché.

Alors se pose la question : pourquoi les journaux font paraître de tels articles mensongers, mais aussi pourquoi ces articles ne sont-ils pas contrôlés avant de vous être jetés en pâture.

Pour information, le Président de l’association en question est journaliste lui-même, ça peut aider à raconter n’importe quoi sur un support médiatique qui n’est pas celui dans lequel il se commet !

08/03/2014

Ces élus qui coûtent cher à la France et aux contribuables.

  

électorat01.jpg

Alors que le gouvernement doit faire des économies, alors que les collectivités locales dont les mairies devraient donner l’exemple, que voit-on dans cette campagne électorale ? D’un côté des maires de petites communes qui ont de plus en plus de difficultés à faire leur travail et à trouver des subventions pour leurs budgets, de l’autre les maires de communes importantes qui continuent sur leur lancée en promettant monts et merveilles à grands coups de milliards d’euros.

Prenons l’exemple de Toulouse, ville que j’habite. A ma gauche le Maire sortant, qui, à part rendre le centre-ville plus agréable, il faut le reconnaître, n’a rien fait pour améliorer le reste, ni les transports, ni la propreté, ni le social, quant à la sécurité, n’en parlons pas, Toulouse se rapproche de plus en plus de sa grande sœur Marseillaise. Pourtant nous avons droit à de nouvelles promesses, toutes plus somptuaires les unes que les autres, ligne de tramway alors que rien ne l’impose, un téléphérique qui ne servira à rien et j’en passe et des meilleurs. A ma droite, c’est encore mieux, on voit revenir un serpent de mer appelé « grand contournement », une nouvelle ligne de métro mal dessinée. Mais que ce soit à gauche comme à droite, on se garde bien de dire combien cela coûtera, et si par mégarde, on vous indique un prix, il conviendra de majorer de au minimum 50% pour avoir le juste prix. Eh oui, en ces temps d’élections, les économies ne sont pas à l’ordre du jour.

Et pourtant, un nouveau coup de semonce vient d’être envoyé à la France et cette fois-ci par l’Europe elle-même, mais que faire devant cet immobilisme des partis politiques et cette soif de faire profiter d’avantages à tous les copains ?

On a pu voir une loi (sera-t-elle mise en place, ce n’est pas certain) contre les cumuls, loi qui ne règle en rien d’ailleurs les dits cumuls, mais seulement une partie infime. C’est la seule chose qu’on ait pu voir depuis l’arrivée de « Moi Président ». Ce serait pourtant tellement plus simple, plus efficace et plus économique pour le contribuable de revoir le mille-feuilles électoral qui coûte si cher. Plus de 650.000 élus, soit une personne sur 100 est un élu dans notre pays, aux municipales 2014, 926.000 candidats pour 44 millions d’électeurs, des villes comme Narbonne, Carcassonne, Béziers ont autant voir plus de conseillers municipaux que des villes comme New-York, Los Angeles. La France vit au-dessus de ses moyens à cause d’élus trop nombreux, sans aucune responsabilité et trop grassement payés et cette année électorale aurait été un bon test pour commencer à donner un coup de pied dans la fourmilière des élus.

Les questions que se posent les électeurs sont pourtant simples, à quoi servent certains élus et à quoi sont-ils payés, pourquoi d’aussi nombreuses élections ???

A quoi sert le Sénat ? Plus de 350 millions d’euros plus tous les à-côté pour ne servir à rien.

A quoi sert la nouvelle tranche de jambon appelé intercommunalité ? Au départ elle devait permettre des économies mais par un savant retournement de la part des élus, elle coûte de plus en plus cher et rajoute à la cacophonie organisationnelle de la France.

A quoi servent les doublons département/régions ? A faire plaisir à un maximum de copains tout en multipliant les budgets, donc les impôts.

A quoi servent 36.000 communes, surtout depuis qu’on ne les subventionne plus ?   A titre de comparaison, il y a 12.000 communes en Allemagne et 8.000 en Italie et seulement 1900 en Belgique.

A quoi servent autant de conseillers municipaux ? Savez-vous quel est l’utilité de chacun d’entre eux dans votre ville ? Savez-vous combien ils coûtent ?

Et maintenant on vient de nous créer les super-métropoles, au nombre de 12. Quelle sera leur utilité ? Combien cela coûtera-t-il aux contribuables.

 

electorat02.jpg

 En laissant les copains de côté et avec peu d’imagination, on peut passer de 650.000 élus à 200.000 sans aucun problème et ce ne seront pas 450.000 chômeurs en plus puisque normalement ce sont des citoyens comme vous et moi.
Quelle simplification, quelles économies, quelle efficacité, mais tout cela va contre l’intérêt de nos politiques.

 

 

 

06/03/2014

Canal du Midi, Pompéi : mêmes problèmes, mêmes causes, même combat!

 

 

Canal du Midi, Pompei : mêmes problèmes, mêmes causes, même combat !

 

Saint du jour :          Sainte Olive et Saint Virgile

Contrepèteries :      Essayez donc ces bottes en plastique

                                   Le chef de l’ENA aime son petit porto du Dimanche

                                   Marine Le Pen

                                   Le charpentier réalisait un faîtage de pente            

Proverbe Français:Il faut garder une oreille pour l’accusé

Proverbe Juif:         Savoir bien se taire est plus malaisé que bien parler        

Proverbe Africain:     Quand un arbre tombe on l’entend, quand la forêt pousse pas un bruit

Proverbe Chinois :      L’échec est le fondement de la réussite        

Pensée du jour :

 

Je ne peux pas avoir d’espoir pour un monde trop plein.

Claude Lévi Strauss

 Pompei01.gif

Le Canal du Midi est un sujet qui m’intéresse, il est vrai. Mais je m’intéresse au patrimoine en général, qu’il soit Français ou autre. Et le patrimoine est en danger sur toute la planète car il semble n’intéresser personne. On vous parle de tout et en particulier de développement durable, expression totalement fausse et déplacée, le développement étant autant durable que le mouvement peut être perpétuel, surtout avec les politiques que nous avons.

Pour garantir le respect, la paix et la sécurité des patrimoines du monde il existe une institution créée en 1945 : l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture, l’UNESCO. Mais il semblerait que tout comme l’ONU soit totalement incapable de maintenir la paix (voyez ce qu’il se passe en Syrie, en Ukraine et dans bien d’autres pays), l’UNESCO est incapable de s’imposer auprès des gouvernements pour que nos patrimoines soient protégés.

On pourrait croire qu’être inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO peut être une garantie pour les monuments qui y figurent, c’est une grossière erreur et il y a belle lurette que les politiques ont compris que figurer sur la liste a des retombées financières immédiates mais n’impose rien du tout en matière de dépenses et d’entretien, preuve en est la demande d’inscription des Châteaux Cathares alors que le département de l’Aude est incapable d’entretenir 2 autres monuments classés que sont le Canal du Midi et la Cité de Carcassonne.

Ce matin, dans l’émission de France 2 vers 07.10 heures, il était question d’un des monuments majeurs figurant sur la liste du Patrimoine de l’UNESCO : la ville de Pompéi qu’on ne présente plus. Pompéi est en danger tout comme le Canal du Midi et il est curieux de faire un parallèle entre ces deux monuments :

Leur taille, 240 kilomètres linéaires pour l’un et 66 hectares, 515 maisons et 1435 édifices pour l’autre.

Leur importance culturelle, génie humain d’un côté et connaissance artistique, urbaine et sociale de l’autre.

Leur état déplorable actuel dont l’homme est en partie responsable.

Le tourisme intensif des deux sites suite à leur classement au patrimoine de l’UNESCO. Tourisme très peu contrôlé.

Même date d’inscription pour les deux sites : 1997

Mais il est un critère de rapprochement qui s’appelle entretien et financement, et là encore on ne peut s’empêcher de remarquer la similitude. D’un côté un chiffrage (totalement bidon) de 220 millions d’euros simplement pour refaire les alignements et paraît-il les berges, de l’autre un chiffrage de 105 millions d’euros pour un premier entretien de l’ensemble du site. Mais là où le rapprochement se fait encore plus singulier, c’est dans la gestion des sites, les deux étant gérés par des établissements publics. Le Canal du Midi paraît-il géré par les Voies Navigables de France (VNF) pour le compte de l’État et dont il est impossible de savoir comment sont utilisés les fonds, Pompéi géré par la Surintendance archéologique de Pompéi dépendant du Ministère des biens et activités culturels.

Pompéi a reçu une subvention Européenne de 105 millions d’euros pour subvenir à l’entretien de ce site exceptionnel, mais à ce jour, seuls 500 millions ont été utilisés, quant aux 104,5 millions restant, il s’est perdu dans les poches de multiples politiques et intermédiaires. Le Canal du Midi cherche par tous les moyens à trouver de l’argent par le mécénat (Arlésienne bien entretenue par VNF et les politiques) mais qu’en sera-t-il de cet argent si toutefois il est trouvé ? Ne nous retrouverons-nous pas dans le même cas de figure que pour Pompéi ? Une autre question se pose, pourquoi l’Europe a débloqué 105 millions pour Pompéi et rien pour le Canal du Midi ? Peut-être est-ce simplement que VNF n’en a jamais fait la demande car n’étant pas capable de gérer le monument ?!

Alors, que faut-il tirer comme leçon de tout cela ? Tout d’abord qu’il ne faut pas prendre l’UNESCO pour un centre de propagande commerciale et que le classement au patrimoine mondial devrait avoir comme premier objet, l’entretien et la restauration du site et non pas le tourisme à outrance. Dans les deux cas, on peut constater que la gestion d’établissements publics est totalement improductive et même,  dans le cas de Pompéi, source de dérapages habituels liés aux politiques avec disparition de subventions.

Alors est-ce un Club de Mécènes dont ont besoin les monuments en péril ou est-ce d’un club de gestionnaires pour pallier l’inefficacité chronique d’Établissements Publics qui n’ont aucune notion de rentabilité ?

22/12/2013

Canal du Midi : des éoliennes pour remplacer les platanes!

 

éoliennes et canal.jpg

Eoliennes depuis le canal en Lauragais 

D’innombrables études très coûteuses ont été effectuées à la demande des Voies Navigables de France afin de replanter les berges du Canal du Midi. Il faut beaucoup de temps à nos administrations pour prendre des décisions, et, si la décision quant au choix des essences à planter a été prise, on ne peut pas dire que nous puissions en voir le résultat actuellement.

 Mais, dans le même temps,  que dire de l’empressement mis par certaines sociétés à vouloir planter des mats disgracieux çà et là dans nos campagnes. Sans faire de bruit (contrairement aux engins qu’elles installent), ces sociétés effectuent des études, sans avoir l’aval du public et nous ne pouvons que constater la multiplication des études en cours. Ces études se rapprochent de plus en plus de la cuvette du canal et nous pouvons voir maintenant des projets de construction dans la zone tampon du Canal du Midi, à Puichéric très exactement.

Eolien Puichéric.jpgEtude d'implantation d'éoliennes à Puichéric, 500 mètres du canal

Il y a un peu plus d’un an, j’avais mis en garde Monsieur André Viola, Président du Conseil Général de l’Aude, de la multiplication de constructions d’éoliennes bien en vue de la Cité de Carcassonne ainsi que de plus en plus proches du Canal du Midi, deux monuments classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Apparemment le message n’est pas passé et bien au contraire, une étude est lancée pour tenter de classer les Châteaux Cathares eux-mêmes de plus en plus entourés des mêmes éoliennes. C’est ce qu’on peut appeler la fuite en avant, je refuse de protéger l’existant et je tente un coup de poker menteur pour essayer de maintenir le tourisme. Car ne nous y trompons pas, l’Aude qui est déjà l’un des départements les plus pauvres de France, va beaucoup y perdre en tourisme si rien n’est fait pour protéger nos monuments classés ainsi que le tourisme.  La notion de paysage a une dimension esthétique forte, voire picturale ou littéraire en tant que représentation, mais elle recouvre de nombreuses acceptions et le paysage manifeste aussi les politiques d'aménagement du territoire, voire la géopolitique. Le paysage est appréhendé visuellement et tout ce qui vient le contrarier incite au refus du visiteur et à l’appauvrissement du territoire. Apparemment, les politiques des régions bordant le Canal du Midi, ont choisi les promesses des marchands de vent aux largesses de notre patrimoine et de nos paysages.

éolienne depuis route de Roubia.JPGEoliennes depuis le canal route de Roubia

 Face aux lenteurs de l’administration, des sociétés privés, bien aidées par l’État et ses subventions, ont été beaucoup plus rapides pour trouver la solution de replantation des berges du Canal du Midi, les platanes seront bientôt remplacés par des éoliennes et les bateaux de location auront bientôt des voiles afin d’être agréablement poussés par les doux courants d’air provoqués par les pales.

 

20/12/2013

listes des municipales : la course pour les incapables désirant une place au chaud.

 Les municipales commencent à ressembler à une foire dans laquelle on ne gagne pas un saucisson, une peluche ou une poupée gonflable mais le droit d’avoir son nom sur une liste de postulants.

 Dans les remises de prix annuelles, on commence par nominer puis ensuite il y a un vote et tout le monde de se demander comment se font les nominations. Dans les élections municipales, c’est exactement la même chose, il y a des nominations avant d’établir une liste. La seule différence c’est que l’établissement des listes ressemble  plus à une distribution de bons points  ou d’images qu’à l’élaboration d’une liste de personnes capables d’avoir des idées et de gérer une commune. Car il ne faut pas oublier qu’une commune se gère.

 Pour être nominé, il faut se faire voir et faire croire à sa valeur, bien souvent la seule valeur que beaucoup font miroiter à une tête de liste, c’est un apport conséquent de voix. Alors on peut voir actuellement les derniers préparatifs de certaines associations qui réclament des places dans les municipalités au nom de compétences qu’ils n’ont pas.

Des exemples ? A Toulouse, des personnes qui se bombardent Président de quartiers ou Président d’association, vont jusqu’à envoyer à Monsieur le Maire des idées aussi saugrenues que la réutilisation des boues du canal du Midi pour faire des murs anti bruits en des lieux inappropriés. A Montpellier, ce sont des représentants de minorités de quartiers qui veulent se faire entendre, alors on va frapper à la porte pour avoir des places au conseil municipal. Le meilleur du plus beau revenant sans conteste à une association occitane de Narbonne, forte d’une cinquantaine d’adhérents en tout et sur 2 départements, mais qui multiplie les articles dans les journaux locaux pour se rendre plus importants et qui réclame des places sur les listes de plusieurs grandes villes. Cette association qui se dit apolitique est en fait dirigée (si on peut appeler cela diriger) par 3 personnes dont un encarté EELV et un autre NPA, le troisième ne sachant pas s’il doit se faire photographier avec la droite ou la gauche. Qu’est-ce que ces gens si apolitiques peuvent amener à la ville de Narbonne, eux qui en 30 ans n’ont pas su avoir plus de 50 adhérents. Que vont-ils pouvoir amener à la tête de liste comme idées novatrices et comme électeurs ?

Lorsqu’on parle d’associations, il ne faut pas oublier certains partis dont l’impact électoral est faible, tel EELV, mais qui prennent beaucoup de places pour pas grand-chose. Il n’est qu’à aller voir les résultats de leur passage à Toulouse, des jardins publics avec des potagers, des rives de canal et de Garonne sans entretien, des herbes folles au nom de la biodiversité. Gageons qu’après avoir présenté une liste indépendante au premier tour, ils viendront quémander des places au deuxième tour.  

Alors? Est-ce pour cela que nos communes sont mal gérées? Il y a fort à parier, il y a trop d'incompétents dans les listes proposées.