Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/03/2014

Canal du Midi : Quand les élus s'en mêlent et s'emmêlent!!

 Elections municipales obligent, on n’a jamais vu autant de déclarations d’élus, concernant le Canal du Midi, qu’actuellement. Certains élus ont toujours eu une position marquée mais toujours avec cette sacro-sainte réserve politique, en faveur du Canal du Midi. Que ce soit Monsieur Maugard à Castelnaudary, Lapalu à Ventenac-Minervois ou Ilhes à La Redorte, leurs prises de position ne sont pas d’aujourd’hui mais que peuvent-ils faire contre l’inertie, l’incompétence et les mensonges des Voies Navigables de France.

 

Roubia.jpg

Quant aux aboyeurs qui commencent à profiter du Canal du Midi pour mieux se faire élire, il serait peut-être grand temps qu’ils se réveillent, maintenant que le mal est fait, et surtout, il faudrait peut-être vérifier l’antériorité avant que de parler ou écrire sur le Canal du Midi. Nous avons pu lire dernièrement sur l’Indépendant des déclarations faites lors  du dernier conseil de la communauté de la région Lézignanaise Corbières et Minervois, déclarations dans lesquelles est remise en question l’imposition d’une zone tampon le long du Canal du Midi. Monsieur le Maire de Roubia ne connaît pas la définition de la zone tampon et sa signification exacte et estime que c’est un frein à l’urbanisation. Pourtant, ce même Maire à été certainement content que ce Canal du Midi soit inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, apportant un surcroît de touristes dans la région et dans son village. En 1997 donc, L’UNESCO a demandé qu’une zone tampon soit clairement définie afin de protéger le monument. Cette zone tampon n’a jamais été définie de par l’incompétence  des VNF et par les lenteurs d’une administration Française apathique, alors peut-être faudrait-il que ce Maire se tourne vers les VNF ou vers les Préfets. Mais surtout, pourquoi avoir mis presque 20 ans pour avoir cette réaction. Entre tourisme et urbanisme, il faut savoir choisir.

Lorsqu’on voit la zone tampon en certains endroits, à l’entrée de Béziers par exemple, on se rend compte que certains Maires ne se sont pas posé de questions, laissant installer des bâtiments et même des sablières le long d’un monument qui se veut touristique.

 

roubia02.jpg

Mais peut-être Est-ce la raison de la demande? des champs d'éoliennes!!

Plutôt que de remettre en question cette zone tampon nécessaire à l’équilibre du monument, les Maires des communes jouxtant le Canal du Midi, devraient plutôt aider à la définition de cette même zone tampon et à se poser la question du devenir de la manne touristique. Il existe également une charte paysagère jamais appliquée et que devrait lire tous les Maires des communes limitrophes. L’urbanisation n’est pas la seule source de richesses de la région et la mise en valeur du Canal du Midi vaut largement quelques permis de construire accordés généreusement à des amis ou à des promoteurs de l’éolien dont des projets commencent à fleurir dans les zones tampon du canal.  

 Mesdames et Messieurs qui vous présentez comme représentants des communes limitrophes du monument classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, ne vous trompez pas de cible et vérifiez d’abord l’existant avant que de tout remettre en question. Ou alors ne vous présentez pas car vous êtes incompétents.

 

11/03/2014

Eoliennes : Tes moulins semblent ne plus aller assez vite!

EOLIEN: LA CONTESTATION S'AMPLIFIE

Analyse de la situation ( J.L. Butré)

Eoliennes Rien  ne tourne plus rond pour les promoteurs
  
Les  élus qui soutiennent le lobby des promoteurs éoliens doivent  se faire beaucoup de soucis.
Voici plusieurs nouvelles majeures parues depuis 24heures.

Question Prioritaire de Constitutionnalité(QPC) acceptée

Cette QPC région ile de france a été  déposée au nom de la FED et de plusieurs autres associations  (voir document ci-joint)
Le conseil d'Etat l'a validée et l'a transmise au Conseil Constitutionnel
Si le Conseil Constitutionnel, confirme l'analyse du Conseil d'Etat , l'ensemble des Schémas climat Air énergie  (SRCAE) et leurs  volets associés les Schémas Régionaux éoliens (SRE),  élaborés depuis plusieurs années par les services de l'Etat,  seront alors illégaux

Dans cette hypothèse ces SRCAE/SRE seraient l’exemple parfait d’un monumental gâchis financier.  Le travail  effectué par les 23 préfectures des 23 Régions de France pour établir les SRCAE/SRE, n'aurait servi à rien.
Cela correspondrait à des  millions d’heures  de travail administratif inutiles.  

Le lobby des promoteurs éoliens est visiblement aux abois, bien qu'il préfère utiliser la "méthode Coué" pour minimiser l'impasse dans lequel il se trouve,  mais il confirme être dans une nasse, en appelant tous les jours  l’Etat  à son secours.

Toutes les lois et les décrets qu’il a fait établir en sa faveur depuis plus de 10 ans ,  par des gouvernements et des élus, au mieux aveugles et au pire complices,  sont actuellement annulés les un après  les autres ou  ils sont sapés  par les attaques juridiques systématiques des associations de citoyens et cette guérilla est menée  non seulement au niveau local mais aussi nationalement .

Tarifs de rachat , taxes (CSPE) , schéma Régionaux ( SRCAE),  Schémas Régionaux Eoliens (SRE) , Loi Brottes , Permis uniques...sans parler des actions juridiques prévues  contre les futurs textes législatifs qui seront issus de la « Transition Énergétique»

 

La Transition Énergétique est une  usine à gaz administrative qui est visiblement en cours « d’ errance »
Elle est  basée sur un double langage concernant ses objectifs, sur le flou de son  calendrier,  sur l‘absence de chiffrage financier . Elle est en plus bloquée  par  le sectarisme de certains participants choisis non pour leur compétence scientifique ou  économique mais   en fonction de leur couleur politique

Le développement de l’éolien repose juridiquement aujourd’hui sur du sable

 

La Fédération Environnement Durable alerte,  sur les risques que prennent,  les propriétaires actuels ou futurs de parcs éoliens, les   investisseurs participatifs ou non , les  banques,  et tous ceux qui   spéculent encore sur cette filière qui survit artificiellement  grâce à des subventions
 En parodiant la célèbre citation du film culte des "tontons flingueurs", La FED prévoit des "nervous breakdown" aux élus qui cautionnent l’ensemble de cette affaire financière car contrairement à certains discours officiels lénifiants, le scandale éolien n’est pas prêt de se calmer non seulement en France mais aussi en Europe

Pour s'en convaincre il suffit de regarder le site de la plateforme européenne contre les éoliennes "EPAW", pour constater les problèmes rencontrés  par l’éolien dans tous les pays .
Lire par  exemple le résumé en français de lettre de la porte parole EPAW en allemagne , Jutta Reichardt  adressée au Ministre Allemand de l’Economie et de L’Énergie qui est en train  arrêter le subventions à l'éolien dans son pays

 

Communiqué de l'E.P.A.W du 11 Mars 2014

 

20/02/2014

Arnaque de l'éolien et des industries du vent!

 Eolien : l'Etat risque le remboursement de plusieurs milliards d'euros

Par Jean-Louis Butré
Président de la FED
mardi 18 février 2014


Pour la Cour de Justice européenne, le tarif de rachat de l'électricité éolienne est contraire aux règles communautaires. L'Etat va-t-il devoir rembourser ces surfacturations illégales?

 


Le Conseil d'Etat saisi d'une plainte de l'association Vent de Colère et de 11 autres requérants, avait consulté la Cour de Justice de l'Union Européenne sur la nature de la majoration du tarif de rachat de l'électricité éolienne qui s'impose à EDF notamment.

La réponse est venue par arrêt du 19 décembre 2013: la majoration du tarif de l'électricité dont le financement est compensé par les consommateurs d'électricité constitue «  une intervention au moyen de ressources d'Etat ». La  Cour n'a pas estimé devoir limiter dans le temps les effets de son interprétation. Cette aide est donc contraire au Traité de l'Union et devrait être déclarée illégale par le Conseil d'Etat.

L'arrêt de la Cour de Justice de l'Union Européenne n'a pas été beaucoup commenté alors que ses conséquences financières pourraient être considérables pour l'Etat français.

Une sur-facturation illégale?

Le financement nécessaire pour garantir la majoration du tarif d'achat de l'électricité est en effet compensé par une taxe facturée par EDF au consommateur, la  Contribution au Service public de l'électricité (CSPE), elle-même soumise à TVA. Cette taxe est en constante augmentation et depuis 2014 elle constitue hors abonnement  12  % de la facture d'électricité des ménages.

Le Conseil d'Etat se considérera-t-il lié par la décision de la cour européenne ? Dans ce cas, la CSPE  pourrait-être  considérée comme une  surfacturation illégale.

En tout état de cause, contrairement à toutes les affirmations des industriels de l'éolien,  la fabrication d'électricité à partir d'éoliennes  ne relève plus du  développement d'une technologie naissante puisqu'elle est mature et n'a plus aucune raison d'être subventionnée par des mécanismes directs ou indirects, de surcroît supportés par les consommateurs et les entreprises.

Selon la Fédération Environnement Durable,  qui regroupe 906 associations, il est plus que temps d'arrêter le développement d'une source d'énergie intermittente et inefficace sur le plan économique, génératrice de pratiques financières souvent douteuses, et qui porte atteinte à l'environnement, au cadre de vie des personnes et au patrimoine touristique français.

Les consommateurs victimes de l'éolien

En 2013  les  5000 éoliennes actuellement implantées sur  la  France ont produit 2,9% de la  production d'électricité nationale. Pour atteindre les objectifs fixés par l'Europe dans le domaine des énergies renouvelables, la mesure phare de la transition énergétique du programme du Président François Hollande consisterait à continuer à implanter sur la France jusqu'à  25.000 éoliennes en suivant le modèle allemand. Cette stratégie si elle  n'est pas abandonnée conduirait   au doublement du prix de l'électricité des ménages français. En Allemagne  le prix de l'électricité est de 27 centimes d'euros le kilowatt-heure  contre 13,7 centimes  d'euros le kilowatt-heure en France.

Selon les nouvelles propositions de la Commission Européenne ce sont  les consommateurs européens qui supporteraient la politique de développement des EnR et principalement de l'éolien. Les industriels énergétivores ont fait savoir qu'ils n'accepteraient pas les surcoûts de l'électricité qui mettent en danger la compétitivité de leurs entreprises..

La   "transition énergétique" centrée sur l'éolien  est  donc porteuse  d'injustices sociales et en France il est légitime de s'interroger sur le bien fondé de cette  orientation  pour sortir un pays de la crise au moment ou le gouvernement cherche à économiser 50 milliards d'euros et  que 4 millions de ménages sont déjà en situation énergétique précaire et n'ont plus accès à l'énergie électrique sans des aides

22/12/2013

Canal du Midi : des éoliennes pour remplacer les platanes!

 

éoliennes et canal.jpg

Eoliennes depuis le canal en Lauragais 

D’innombrables études très coûteuses ont été effectuées à la demande des Voies Navigables de France afin de replanter les berges du Canal du Midi. Il faut beaucoup de temps à nos administrations pour prendre des décisions, et, si la décision quant au choix des essences à planter a été prise, on ne peut pas dire que nous puissions en voir le résultat actuellement.

 Mais, dans le même temps,  que dire de l’empressement mis par certaines sociétés à vouloir planter des mats disgracieux çà et là dans nos campagnes. Sans faire de bruit (contrairement aux engins qu’elles installent), ces sociétés effectuent des études, sans avoir l’aval du public et nous ne pouvons que constater la multiplication des études en cours. Ces études se rapprochent de plus en plus de la cuvette du canal et nous pouvons voir maintenant des projets de construction dans la zone tampon du Canal du Midi, à Puichéric très exactement.

Eolien Puichéric.jpgEtude d'implantation d'éoliennes à Puichéric, 500 mètres du canal

Il y a un peu plus d’un an, j’avais mis en garde Monsieur André Viola, Président du Conseil Général de l’Aude, de la multiplication de constructions d’éoliennes bien en vue de la Cité de Carcassonne ainsi que de plus en plus proches du Canal du Midi, deux monuments classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Apparemment le message n’est pas passé et bien au contraire, une étude est lancée pour tenter de classer les Châteaux Cathares eux-mêmes de plus en plus entourés des mêmes éoliennes. C’est ce qu’on peut appeler la fuite en avant, je refuse de protéger l’existant et je tente un coup de poker menteur pour essayer de maintenir le tourisme. Car ne nous y trompons pas, l’Aude qui est déjà l’un des départements les plus pauvres de France, va beaucoup y perdre en tourisme si rien n’est fait pour protéger nos monuments classés ainsi que le tourisme.  La notion de paysage a une dimension esthétique forte, voire picturale ou littéraire en tant que représentation, mais elle recouvre de nombreuses acceptions et le paysage manifeste aussi les politiques d'aménagement du territoire, voire la géopolitique. Le paysage est appréhendé visuellement et tout ce qui vient le contrarier incite au refus du visiteur et à l’appauvrissement du territoire. Apparemment, les politiques des régions bordant le Canal du Midi, ont choisi les promesses des marchands de vent aux largesses de notre patrimoine et de nos paysages.

éolienne depuis route de Roubia.JPGEoliennes depuis le canal route de Roubia

 Face aux lenteurs de l’administration, des sociétés privés, bien aidées par l’État et ses subventions, ont été beaucoup plus rapides pour trouver la solution de replantation des berges du Canal du Midi, les platanes seront bientôt remplacés par des éoliennes et les bateaux de location auront bientôt des voiles afin d’être agréablement poussés par les doux courants d’air provoqués par les pales.

 

19/12/2013

Factures d'électricité: Surfacturation illégale à rembourser.

Communique de presse de la  Fédération Environnement Durable
Paris 19 décembre 2013

France : Éolien une  surfacturation illégale de plusieurs milliards d'euros?
La Cour de Justice de l’Union Européenne ( CJUE) a rendu son verdict ce jeudi 19 décembre 2013.
Les tarifs de rachat de l’électricité d’origine éolienne constituent "un avantage accordé au moyen des ressources de l'État".

La Fédération Environnement Durable prend acte de la cette décision confirmant celle du Conseil d’État qui devrait logiquement ordonner le remboursement des aides  indument perçues par les producteurs d’électricité qui en ont bénéficié depuis 2001.

Le tarif de rachat de l’électricité éolienne à un tarif garanti par  l’état serait remis en cause,  ainsi que probablement le mécanisme de la Contribution au Service de l’Électricité (CSPE),  une « écotaxe électrique », située au bas des factures d’électricité des  consommateurs et dont le taux actuel de 4 ,5% est en croissance rapide.

La (FED) demande à EDF et aux autres producteurs  d’électricité qui ont collecté cette taxe depuis son origine, de  provisionner  le remboursement des  usagers  du montant cumulé, intérêts compris. Les premières estimations faites par la FED indiquent que cette surfacturation concernant uniquement l’éolien pourrait atteindre plusieurs  milliards d’euros soit plusieurs centaines d'euros pour un ménage moyen français.

La FED constate encore une fois que les éoliennes, abritées sous le parapluie de l’écologie, n'étant pas rentables, elles survivent grâce a des aides  illégales prises sur la facture des consommateurs et entrainent  la France dans un gouffre financier sans fond.