Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/06/2014

Développement durable, énergie et gouvernement: ça brasse de l'air!

droopy09.jpg

02/04/2014

Transition énergétique : des idées à creuser

Dans les années 50 (1950), la décision fut prise d’installer des centrales nucléaires pour pourvoir la France en électricité. Pour compléter le parc de centrales nucléaires, des centaines de milliards d’euros furent dépensés et le résultat était une relative indépendance énergétique pour notre pays à des prix du kilowatt/heure très bas.

Mais arrive la grande Vertitude attitude, Tchernobyl puis Fukushima ont sonné le glas du nucléaire jugé trop dangereux par ceux qui se disent écologistes, mais faudrait-il encore voir des idées avant de casser ce qui a coûté des centaines de milliards.

Alors faute d’idées, les écologistes vont essayer d’imposer ce qu’ils appellent les énergies durables, et là, ils se sont fourré le doigt dans l’œil non pas jusqu’au coude mais au fin fond de leurs fondements. Du vent pour les éoliennes, il y en aura certainement toujours dans des milliers d’années mais encore faut-il qu’il souffle régulièrement pour que l’éolien soit rentable. Comme les écologistes ne font jamais d’études, ils ont imposé l’énergie éolienne uniquement sur des présomptions et une arrière-pensée qui se voudrait écologique. Après les centaines de milliards d’euros dépensées dans le nucléaire pour avoir une électricité pas chère, les écolos ont inventés l’énergie durable qui va coûter à son tour des centaines de milliards pour une énergie dont les prix ne cessent de grimper malgré les soutiens subventionnés des États.

Bientôt, plus personne ne pourra avoir l’électricité chez lui et pire, on parle toujours des salaires et des charges qui plombent les entreprises, mais l’énergie de plus en plus chère plombe également les entreprises, surtout les PME et TPME.

Nous ne parlerons pas sur ce billet du massacre des paysages, du patrimoine, de la faune et du tourisme et nous remercierons les Verts pour cette idée d’énergie durable et de transition énergétique.      

 

Des idées à creuser :

Installer des éoliennes au-dessus de l’Assemblée Nationale et du Sénat, il y a tellement d’air brassé par ces élus totalement incompétents qu’il n’y aura jamais d’arrêt des turbines de ces éoliennes-là, contrairement à celles qui foutent nos paysages et notre patrimoine en l’air, donc notre tourisme. Autre avantage, nos élus pourraient ainsi apprendre quels sont les nocivités des aérogénérateurs. Il pourrait également être installées des éoliennes au-dessus de très nombreux sites de collectivités et d’Entreprises Publiques dans lesquelles on brasse plus d’air qu’on a d’idées.

L’utilisation de l’eau, non pas des retenues d’eau comme les barrages, mais des petites installations au fil de l’eau se servant de la force du courant.

Encourager les recherches sur la biomasse qui a le double avantage de produire de l’énergie en débarrassant des déchets en tous genres.

 

Alors arrêtons le massacre, il n’y a pas péril en la demeure  en matière énergétique, en France, contrairement à ce qu’annonce EDF chaque hiver en parlant de pénurie, c’est en réalité une pénurie organisée. Arrêtons de tout massacrer pour des énergies chères et intermittentes et utilisons les dizaines de milliards de subventions dans les énergies renouvelables pour relancer la recherche, les industries et l’artisanat. Ce sont ces milliards d’euros dépensés inutilement qui manquent à la relance de notre industrie et de notre économie.

Le refus de EELV (et non des écologistes car il faut faire la différence, il y a de vrais écolos en France) de participer au nouveau gouvernement ressemble plus à une fuite devant les responsabilités et un aveu d’incompétence. Refuser un Ministère regroupant, écologie, transports et énergies, c’est un déni de compétence mais un espoir pour la France, pour son patrimoine, pour ses paysages, pour le prix de l’électricité.

11/03/2014

Eoliennes : Tes moulins semblent ne plus aller assez vite!

EOLIEN: LA CONTESTATION S'AMPLIFIE

Analyse de la situation ( J.L. Butré)

Eoliennes Rien  ne tourne plus rond pour les promoteurs
  
Les  élus qui soutiennent le lobby des promoteurs éoliens doivent  se faire beaucoup de soucis.
Voici plusieurs nouvelles majeures parues depuis 24heures.

Question Prioritaire de Constitutionnalité(QPC) acceptée

Cette QPC région ile de france a été  déposée au nom de la FED et de plusieurs autres associations  (voir document ci-joint)
Le conseil d'Etat l'a validée et l'a transmise au Conseil Constitutionnel
Si le Conseil Constitutionnel, confirme l'analyse du Conseil d'Etat , l'ensemble des Schémas climat Air énergie  (SRCAE) et leurs  volets associés les Schémas Régionaux éoliens (SRE),  élaborés depuis plusieurs années par les services de l'Etat,  seront alors illégaux

Dans cette hypothèse ces SRCAE/SRE seraient l’exemple parfait d’un monumental gâchis financier.  Le travail  effectué par les 23 préfectures des 23 Régions de France pour établir les SRCAE/SRE, n'aurait servi à rien.
Cela correspondrait à des  millions d’heures  de travail administratif inutiles.  

Le lobby des promoteurs éoliens est visiblement aux abois, bien qu'il préfère utiliser la "méthode Coué" pour minimiser l'impasse dans lequel il se trouve,  mais il confirme être dans une nasse, en appelant tous les jours  l’Etat  à son secours.

Toutes les lois et les décrets qu’il a fait établir en sa faveur depuis plus de 10 ans ,  par des gouvernements et des élus, au mieux aveugles et au pire complices,  sont actuellement annulés les un après  les autres ou  ils sont sapés  par les attaques juridiques systématiques des associations de citoyens et cette guérilla est menée  non seulement au niveau local mais aussi nationalement .

Tarifs de rachat , taxes (CSPE) , schéma Régionaux ( SRCAE),  Schémas Régionaux Eoliens (SRE) , Loi Brottes , Permis uniques...sans parler des actions juridiques prévues  contre les futurs textes législatifs qui seront issus de la « Transition Énergétique»

 

La Transition Énergétique est une  usine à gaz administrative qui est visiblement en cours « d’ errance »
Elle est  basée sur un double langage concernant ses objectifs, sur le flou de son  calendrier,  sur l‘absence de chiffrage financier . Elle est en plus bloquée  par  le sectarisme de certains participants choisis non pour leur compétence scientifique ou  économique mais   en fonction de leur couleur politique

Le développement de l’éolien repose juridiquement aujourd’hui sur du sable

 

La Fédération Environnement Durable alerte,  sur les risques que prennent,  les propriétaires actuels ou futurs de parcs éoliens, les   investisseurs participatifs ou non , les  banques,  et tous ceux qui   spéculent encore sur cette filière qui survit artificiellement  grâce à des subventions
 En parodiant la célèbre citation du film culte des "tontons flingueurs", La FED prévoit des "nervous breakdown" aux élus qui cautionnent l’ensemble de cette affaire financière car contrairement à certains discours officiels lénifiants, le scandale éolien n’est pas prêt de se calmer non seulement en France mais aussi en Europe

Pour s'en convaincre il suffit de regarder le site de la plateforme européenne contre les éoliennes "EPAW", pour constater les problèmes rencontrés  par l’éolien dans tous les pays .
Lire par  exemple le résumé en français de lettre de la porte parole EPAW en allemagne , Jutta Reichardt  adressée au Ministre Allemand de l’Economie et de L’Énergie qui est en train  arrêter le subventions à l'éolien dans son pays

 

Communiqué de l'E.P.A.W du 11 Mars 2014

 

20/02/2014

Arnaque de l'éolien et des industries du vent!

 Eolien : l'Etat risque le remboursement de plusieurs milliards d'euros

Par Jean-Louis Butré
Président de la FED
mardi 18 février 2014


Pour la Cour de Justice européenne, le tarif de rachat de l'électricité éolienne est contraire aux règles communautaires. L'Etat va-t-il devoir rembourser ces surfacturations illégales?

 


Le Conseil d'Etat saisi d'une plainte de l'association Vent de Colère et de 11 autres requérants, avait consulté la Cour de Justice de l'Union Européenne sur la nature de la majoration du tarif de rachat de l'électricité éolienne qui s'impose à EDF notamment.

La réponse est venue par arrêt du 19 décembre 2013: la majoration du tarif de l'électricité dont le financement est compensé par les consommateurs d'électricité constitue «  une intervention au moyen de ressources d'Etat ». La  Cour n'a pas estimé devoir limiter dans le temps les effets de son interprétation. Cette aide est donc contraire au Traité de l'Union et devrait être déclarée illégale par le Conseil d'Etat.

L'arrêt de la Cour de Justice de l'Union Européenne n'a pas été beaucoup commenté alors que ses conséquences financières pourraient être considérables pour l'Etat français.

Une sur-facturation illégale?

Le financement nécessaire pour garantir la majoration du tarif d'achat de l'électricité est en effet compensé par une taxe facturée par EDF au consommateur, la  Contribution au Service public de l'électricité (CSPE), elle-même soumise à TVA. Cette taxe est en constante augmentation et depuis 2014 elle constitue hors abonnement  12  % de la facture d'électricité des ménages.

Le Conseil d'Etat se considérera-t-il lié par la décision de la cour européenne ? Dans ce cas, la CSPE  pourrait-être  considérée comme une  surfacturation illégale.

En tout état de cause, contrairement à toutes les affirmations des industriels de l'éolien,  la fabrication d'électricité à partir d'éoliennes  ne relève plus du  développement d'une technologie naissante puisqu'elle est mature et n'a plus aucune raison d'être subventionnée par des mécanismes directs ou indirects, de surcroît supportés par les consommateurs et les entreprises.

Selon la Fédération Environnement Durable,  qui regroupe 906 associations, il est plus que temps d'arrêter le développement d'une source d'énergie intermittente et inefficace sur le plan économique, génératrice de pratiques financières souvent douteuses, et qui porte atteinte à l'environnement, au cadre de vie des personnes et au patrimoine touristique français.

Les consommateurs victimes de l'éolien

En 2013  les  5000 éoliennes actuellement implantées sur  la  France ont produit 2,9% de la  production d'électricité nationale. Pour atteindre les objectifs fixés par l'Europe dans le domaine des énergies renouvelables, la mesure phare de la transition énergétique du programme du Président François Hollande consisterait à continuer à implanter sur la France jusqu'à  25.000 éoliennes en suivant le modèle allemand. Cette stratégie si elle  n'est pas abandonnée conduirait   au doublement du prix de l'électricité des ménages français. En Allemagne  le prix de l'électricité est de 27 centimes d'euros le kilowatt-heure  contre 13,7 centimes  d'euros le kilowatt-heure en France.

Selon les nouvelles propositions de la Commission Européenne ce sont  les consommateurs européens qui supporteraient la politique de développement des EnR et principalement de l'éolien. Les industriels énergétivores ont fait savoir qu'ils n'accepteraient pas les surcoûts de l'électricité qui mettent en danger la compétitivité de leurs entreprises..

La   "transition énergétique" centrée sur l'éolien  est  donc porteuse  d'injustices sociales et en France il est légitime de s'interroger sur le bien fondé de cette  orientation  pour sortir un pays de la crise au moment ou le gouvernement cherche à économiser 50 milliards d'euros et  que 4 millions de ménages sont déjà en situation énergétique précaire et n'ont plus accès à l'énergie électrique sans des aides

19/12/2013

Factures d'électricité: Surfacturation illégale à rembourser.

Communique de presse de la  Fédération Environnement Durable
Paris 19 décembre 2013

France : Éolien une  surfacturation illégale de plusieurs milliards d'euros?
La Cour de Justice de l’Union Européenne ( CJUE) a rendu son verdict ce jeudi 19 décembre 2013.
Les tarifs de rachat de l’électricité d’origine éolienne constituent "un avantage accordé au moyen des ressources de l'État".

La Fédération Environnement Durable prend acte de la cette décision confirmant celle du Conseil d’État qui devrait logiquement ordonner le remboursement des aides  indument perçues par les producteurs d’électricité qui en ont bénéficié depuis 2001.

Le tarif de rachat de l’électricité éolienne à un tarif garanti par  l’état serait remis en cause,  ainsi que probablement le mécanisme de la Contribution au Service de l’Électricité (CSPE),  une « écotaxe électrique », située au bas des factures d’électricité des  consommateurs et dont le taux actuel de 4 ,5% est en croissance rapide.

La (FED) demande à EDF et aux autres producteurs  d’électricité qui ont collecté cette taxe depuis son origine, de  provisionner  le remboursement des  usagers  du montant cumulé, intérêts compris. Les premières estimations faites par la FED indiquent que cette surfacturation concernant uniquement l’éolien pourrait atteindre plusieurs  milliards d’euros soit plusieurs centaines d'euros pour un ménage moyen français.

La FED constate encore une fois que les éoliennes, abritées sous le parapluie de l’écologie, n'étant pas rentables, elles survivent grâce a des aides  illégales prises sur la facture des consommateurs et entrainent  la France dans un gouffre financier sans fond.