Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/05/2014

Redécoupage administratif : Encore une réforme mal engagée!

Que ne dit-on pas déjà sur ce redécoupage et sur des suppressions éventuelles. C’est tout et n’importe quoi, et malgré tout, nous pouvons voir des sondages sur ce sujet dans lesquels les instituts, fidèles à leurs habitudes, trouvent des résultats contradictoires.

Mais peut-on s’étonner de résultats contradictoires quand les questions sont mal posées. J’ai cru entendre l’idée de « suppression des conseils généraux », hors, la question posée dans les sondages et comme l’indiquent les résultats, c’est devenu « suppression des départements ». Alors il y a une grande différence entre des économies et une simplification par suppression des conseils généraux et le grand foutoir qu’aura immanquablement comme résultat, la disparition des départements. Réfléchissons un peu, supprimer les départements sera-t-il source d’économies ?  Certainement pas car il faudra revoir toutes les codifications actuelles et basée sur un découpage géographique des départements. Un exemple parmi tant d’autres, la carte de Sécurité Sociale, si les départements disparaissent, c’est toute la codification actuelle qui prend en compte le numéro du département ainsi que le numéro d’ordre de votre naissance dans la commune, qui sera à revoir. Il faudra alors refaire toutes les cartes vitales et faire un passage périlleux entre deux codifications. Si cela doit se faire, combien de milliards d’euros cela coûtera-t-il, sans compter, passez-moi l’expression, le bordel organisé au niveau de la santé. Et ce n’est qu’un exemple car tout a été basé sur les départements depuis Napoléon 1er. Alors suppression d’élus inutiles que sont les conseillers généraux, oui, mais suppression des départements comme on l’entend dire, non ! A-t-on pensé également aux effectifs des conseils généraux dans un contexte de chômage de plus en plus important. Ces effectifs des conseils généraux sont ceux qui ont le plus augmenté, en effet le nombre d’employés territoriaux travaillant (on le suppose) dans les conseils généraux a augmenté de 614% en 10 ans. Alors que va-t-on faire de tout ce personnel devenu inutile ?

redécoupage, régions, départements, économies, élus, sondages, contradictoires, s"curité sociale

 

Ce redécoupage commence à faire rire en dehors de notre territoire. Il suffit de lire certains journaux Anglais ou des USA. Comme le dit l’un d’eux, refaire les régions administratives, c’est comme supprimer les lignes entre les États Américains et on ne supprime pas la ligne figurant entre l’Oklahoma et le Texas. Mais ce qui fait le plus rigoler nos amis anglo-saxons, ce sont les différents sondages qui sont parus et en particulier ceux disant que 68% des Français sont pour un redécoupage des régions mais 77% refusent qu’on touche à leur propre région !!

Au fait, a-t-on pensé également à la région Alsace-Lorraine et ses lois particulières, il faudra bien les prendre en compte dans un redécoupage.

 Sans vouloir s’avancer, le mille-feuilles administratif risque d’avoir un sacré mauvais goût pour beaucoup de gens et en premier lieu pour certains élus et de nombreux agents territoriaux. Et pourtant, une simplification s’impose accompagnée d’une nette diminution d’élus (plus de 680 .000 actuellement) lesquels coûtent vraiment trop chers aux citoyens Français !

 

08/03/2014

Ces élus qui coûtent cher à la France et aux contribuables.

  

électorat01.jpg

Alors que le gouvernement doit faire des économies, alors que les collectivités locales dont les mairies devraient donner l’exemple, que voit-on dans cette campagne électorale ? D’un côté des maires de petites communes qui ont de plus en plus de difficultés à faire leur travail et à trouver des subventions pour leurs budgets, de l’autre les maires de communes importantes qui continuent sur leur lancée en promettant monts et merveilles à grands coups de milliards d’euros.

Prenons l’exemple de Toulouse, ville que j’habite. A ma gauche le Maire sortant, qui, à part rendre le centre-ville plus agréable, il faut le reconnaître, n’a rien fait pour améliorer le reste, ni les transports, ni la propreté, ni le social, quant à la sécurité, n’en parlons pas, Toulouse se rapproche de plus en plus de sa grande sœur Marseillaise. Pourtant nous avons droit à de nouvelles promesses, toutes plus somptuaires les unes que les autres, ligne de tramway alors que rien ne l’impose, un téléphérique qui ne servira à rien et j’en passe et des meilleurs. A ma droite, c’est encore mieux, on voit revenir un serpent de mer appelé « grand contournement », une nouvelle ligne de métro mal dessinée. Mais que ce soit à gauche comme à droite, on se garde bien de dire combien cela coûtera, et si par mégarde, on vous indique un prix, il conviendra de majorer de au minimum 50% pour avoir le juste prix. Eh oui, en ces temps d’élections, les économies ne sont pas à l’ordre du jour.

Et pourtant, un nouveau coup de semonce vient d’être envoyé à la France et cette fois-ci par l’Europe elle-même, mais que faire devant cet immobilisme des partis politiques et cette soif de faire profiter d’avantages à tous les copains ?

On a pu voir une loi (sera-t-elle mise en place, ce n’est pas certain) contre les cumuls, loi qui ne règle en rien d’ailleurs les dits cumuls, mais seulement une partie infime. C’est la seule chose qu’on ait pu voir depuis l’arrivée de « Moi Président ». Ce serait pourtant tellement plus simple, plus efficace et plus économique pour le contribuable de revoir le mille-feuilles électoral qui coûte si cher. Plus de 650.000 élus, soit une personne sur 100 est un élu dans notre pays, aux municipales 2014, 926.000 candidats pour 44 millions d’électeurs, des villes comme Narbonne, Carcassonne, Béziers ont autant voir plus de conseillers municipaux que des villes comme New-York, Los Angeles. La France vit au-dessus de ses moyens à cause d’élus trop nombreux, sans aucune responsabilité et trop grassement payés et cette année électorale aurait été un bon test pour commencer à donner un coup de pied dans la fourmilière des élus.

Les questions que se posent les électeurs sont pourtant simples, à quoi servent certains élus et à quoi sont-ils payés, pourquoi d’aussi nombreuses élections ???

A quoi sert le Sénat ? Plus de 350 millions d’euros plus tous les à-côté pour ne servir à rien.

A quoi sert la nouvelle tranche de jambon appelé intercommunalité ? Au départ elle devait permettre des économies mais par un savant retournement de la part des élus, elle coûte de plus en plus cher et rajoute à la cacophonie organisationnelle de la France.

A quoi servent les doublons département/régions ? A faire plaisir à un maximum de copains tout en multipliant les budgets, donc les impôts.

A quoi servent 36.000 communes, surtout depuis qu’on ne les subventionne plus ?   A titre de comparaison, il y a 12.000 communes en Allemagne et 8.000 en Italie et seulement 1900 en Belgique.

A quoi servent autant de conseillers municipaux ? Savez-vous quel est l’utilité de chacun d’entre eux dans votre ville ? Savez-vous combien ils coûtent ?

Et maintenant on vient de nous créer les super-métropoles, au nombre de 12. Quelle sera leur utilité ? Combien cela coûtera-t-il aux contribuables.

 

electorat02.jpg

 En laissant les copains de côté et avec peu d’imagination, on peut passer de 650.000 élus à 200.000 sans aucun problème et ce ne seront pas 450.000 chômeurs en plus puisque normalement ce sont des citoyens comme vous et moi.
Quelle simplification, quelles économies, quelle efficacité, mais tout cela va contre l’intérêt de nos politiques.

 

 

 

14/11/2013

Des économies Mr Hollande? C'est facile moins de copains, moins de subventions!!

 

Eh bien oui ! Nous avons en France plus de 600.000 élus soit 1 Français sur 100, et tout ce beau monde représente de l’argent, beaucoup d’argent.

 

Faisons les comptes :

 

Députés                                           577

 

Sénateurs                                        343

 

Conseillers régionaux                   2040

 

Conseillers généraux                    4042

 

Maires                                              36635

 

Conseillers municipaux                519417

 

Conseillers Européens                 78

 

Intercommunalités                       plus de 38000

 

Et ce n’est pas fini car malgré les problèmes économiques, notre cher gouvernement refait les cantonales mais en augmentant le nombre d’élus, et personne ne dit rien ! A cela, il faut toutefois ajouter, les comités dont les fameux Comités Théodule, les Conseils parfois supérieurs et de nombreuses associations dont les Présidents rémunérés sont des élus.

 

 Beaucoup de monde se demande à quoi servent le Sénat et les Conseils Généraux. Pour le Sénat, il sert à perdre du temps et à payer des grabataires. Pour les Conseils Généraux, malgré les explications données ça et là, il est difficile de comprendre qu’il faille autant de personnes élues ainsi que de personnels divers, pour prendre aussi peu de décisions. Mine de rien, le Sénat nous coûte officiellement près de 350 millions d’euros mais beaucoup plus en réalité. Quant aux Conseils Généraux et aux Communautés de Communes, on a une forte impression de doublon.

 

 municipale01.jpgAlors, à un moment où le gouvernement parle de faire des économies, de réformer, à un moment ou la note de la France vient d’être abaissée pour cause de réformes inutiles, ne serait-il pas enfin nécessaire de supprimer tout ce que l’État compte d’inutiles plutôt que d’en rajouter pour placer les nombreux copains ?

 

Il est quand même étonnant de constater que d’autres pays ont besoin de nettement moins d’élus et de personnels pour faire autant sinon mieux. Aux USA, la ville de New-York compte 51 conseillers représentants 8 millions d’habitants, Chicago 50 conseillers pour  2.750.000 habitants, San Francisco 58 conseillers pour 850.000 habitants, Miami 62 conseillers pour un district de 7  millions d’habitants. Dans le même temps et en France, Paris 163 conseillers pour 2.200.000 habitants, Marseille 101 conseillers pour 860.000 habitants, Toulouse 69 conseillers pour 450.000 habitants, Carcassonne 42 conseillers pour 48.000 habitants, Narbonne 42 conseillers pour environ 50.000 habitants. A-t-on besoin d’autant de conseillers municipaux en France, surtout pour ne rien faire pour beaucoup d’entre eux ? Et que font les conseillers d’opposition ? Rien car ils n’ont pas leur mot à dire pour une durée de 6 ans !

 

S’il n’y a rien à redire sur les petites communes qui se battent chacune avec ses moyens propres, que dire des grosses municipalités, lieux de toutes les exagérations financières. En premier lieu, est-il normal que ce soit le Maire lui-même qui décide de ses émoluments et les fasse voter ? C’est ce qui est arrivé en particulier à Toulouse, ville ou Monsieur Pierre Cohen, non content de cumuler à l’époque, s’est fait voter une augmentation substantielle. Mais là ou l’exagération est poussée à son extrême, c’est dans le nombre d’adjoints, lequel semble laissé à la discrétion du Maire. Toujours à Toulouse, sur 69 conseillers, 26 sont des adjoints et cela semble une futilité mais la grosse différence se trouve dans le salaire alloué : 228,09 euros pour un conseiller d’une ville de plus de 100.000 habitants et 2756,07 euros pour un adjoint. Cumulez le nombre d’inutiles et d’exagérations pour copinage et vous obtenez de quoi boucher tous les trous actuels.

 

 municipales03.jpg

 

Payé à ne rien faire !!

 

Maintenant, et concernant les comités et associations, faut-il maintenir ces différents comités et conseils, tous plus inutiles les uns que les autres, coûtant des fortunes et remplis de copains incapables. Quant aux associations, c’est une manière pour certaines personnes de se faire des salaires à ne rien faire. En 2012, 34 milliards d’euros ont été distribués par l’État à 250.000 associations et en 2013, ce seront près de 38 milliards. A cela, il faut ajouter les subventions Européennes dont le montant n’est pas connu en cumulé. Que font ces 250.000 associations ? Bien souvent, elles n’ont aucune utilité mais font des demandes de subventions avec des dossiers tous plus alléchants les uns que les autres. Si l’on supprimait les subventions aux projets farfelus ou inutiles présentés par des associations plus ou moins bidons, on pourrait réduire le montant de moitié.  

 

 Pour faire des économies, il suffit d’oublier les copains les « dons » aux associations et les assistés permanents. Et si en plus on simplifie la vie politique en supprimant les couches de mille-feuilles inutiles, on y gagnera en argent et en simplicité.

 

 

 

11/10/2013

Quand nos élus pensent enfin à nous!!

qualité de vie.jpg