Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/03/2014

Canal du Midi : Quand les élus s'en mêlent et s'emmêlent!!

 Elections municipales obligent, on n’a jamais vu autant de déclarations d’élus, concernant le Canal du Midi, qu’actuellement. Certains élus ont toujours eu une position marquée mais toujours avec cette sacro-sainte réserve politique, en faveur du Canal du Midi. Que ce soit Monsieur Maugard à Castelnaudary, Lapalu à Ventenac-Minervois ou Ilhes à La Redorte, leurs prises de position ne sont pas d’aujourd’hui mais que peuvent-ils faire contre l’inertie, l’incompétence et les mensonges des Voies Navigables de France.

 

Roubia.jpg

Quant aux aboyeurs qui commencent à profiter du Canal du Midi pour mieux se faire élire, il serait peut-être grand temps qu’ils se réveillent, maintenant que le mal est fait, et surtout, il faudrait peut-être vérifier l’antériorité avant que de parler ou écrire sur le Canal du Midi. Nous avons pu lire dernièrement sur l’Indépendant des déclarations faites lors  du dernier conseil de la communauté de la région Lézignanaise Corbières et Minervois, déclarations dans lesquelles est remise en question l’imposition d’une zone tampon le long du Canal du Midi. Monsieur le Maire de Roubia ne connaît pas la définition de la zone tampon et sa signification exacte et estime que c’est un frein à l’urbanisation. Pourtant, ce même Maire à été certainement content que ce Canal du Midi soit inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, apportant un surcroît de touristes dans la région et dans son village. En 1997 donc, L’UNESCO a demandé qu’une zone tampon soit clairement définie afin de protéger le monument. Cette zone tampon n’a jamais été définie de par l’incompétence  des VNF et par les lenteurs d’une administration Française apathique, alors peut-être faudrait-il que ce Maire se tourne vers les VNF ou vers les Préfets. Mais surtout, pourquoi avoir mis presque 20 ans pour avoir cette réaction. Entre tourisme et urbanisme, il faut savoir choisir.

Lorsqu’on voit la zone tampon en certains endroits, à l’entrée de Béziers par exemple, on se rend compte que certains Maires ne se sont pas posé de questions, laissant installer des bâtiments et même des sablières le long d’un monument qui se veut touristique.

 

roubia02.jpg

Mais peut-être Est-ce la raison de la demande? des champs d'éoliennes!!

Plutôt que de remettre en question cette zone tampon nécessaire à l’équilibre du monument, les Maires des communes jouxtant le Canal du Midi, devraient plutôt aider à la définition de cette même zone tampon et à se poser la question du devenir de la manne touristique. Il existe également une charte paysagère jamais appliquée et que devrait lire tous les Maires des communes limitrophes. L’urbanisation n’est pas la seule source de richesses de la région et la mise en valeur du Canal du Midi vaut largement quelques permis de construire accordés généreusement à des amis ou à des promoteurs de l’éolien dont des projets commencent à fleurir dans les zones tampon du canal.  

 Mesdames et Messieurs qui vous présentez comme représentants des communes limitrophes du monument classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, ne vous trompez pas de cible et vérifiez d’abord l’existant avant que de tout remettre en question. Ou alors ne vous présentez pas car vous êtes incompétents.

 

12/03/2014

Moi Citoyen électeur, j'en ai marre du Moi Président et des Moi politiques!

 moiprésident.jpg

 

Moi Citoyen électeur, je prends mes distances avec les Moi Présidents et toute cette vermine qui gravite dans la politique.

Moi Citoyen électeur, je prendrai mes décisions sans aide de promesses débiles.

Moi Citoyen électeur, je deviendrai comme Saint Thomas, je ne croirai que ce que je verrai.

Moi Citoyen électeur je ne pourrai plus croire dans les promesses d’un élu sortant qui n’a pas tenu ses engagements précédents.

Moi Citoyen électeur, je réclame le retour à des élus indépendants, hors du circuit politique actuel.

Moi Citoyen électeur, je demande la destitution immédiate de tout élu sur lequel il y a suspicion.

Moi Citoyen électeur, de demande que toute proposition électorale soit chiffrée et qu’il y ait engagement de l’élu sur les chiffres annoncés.

Moi Citoyen électeur, je demande qu’un contrôle annuel puisse être fait sur les engagements pris lors d’élections, il faut donc que les engagements soient vérifiables.

Moi Citoyen électeur je demande des élus au-dessus de tous soupçons (Je sais que c’est une utopie).

Moi Citoyen électeur, je ne voterai qu’en connaissance de cause et pour un candidat qui aura montré sa sincérité.

Moi Citoyen électeur, je voterai pour un candidat qui aura démontré que sa place d’élu passe avant l’argent et le cul.

Moi Citoyen électeur, je voterai pour un candidat qui aura démontré une connaissance de sa ville, son département, sa région, son pays.

Moi Citoyen électeur, je ne serai plus un mouton qui vote pour un parti, une étiquette, un mensonge, une promesse.

Moi Citoyen électeur, je serai maintenant responsable et adulte et je dis non aux imbéciles.

moiprésident02.jpg

 

 

09/03/2014

XV de France : Consternant de médiocrité

 Pour certains, seule la victoire doit compter, mais pour beaucoup le plaisir de voir du beau jeu devient de plus en plus rare et c’est pourtant ce qui compte le plus.

 Depuis qu’il est à la tête de l’équipe de France, on ne peut pas dire que Philippe Saint-André (PSA) ait révolutionné quoi que ce soit. Bien au contraire le niveau de jeu s’appauvrit et à chaque fois l’entraîneur y va d’une petite phrase qui prouve son incapacité. Contre le Pays de Galles, PSA a déclaré « On est passé à travers » « il y a des joueurs qui n’ont pas joué au niveau », contre l’Écosse autre déclaration « On a fait avec les moyens du bord ». En règle générale, l’entraîneur est responsable de sa sélection et doit l’assumer, hors PSA n’assume aucunement les défaites et un niveau de jeu des plus médiocres, voire inexistant.

Un bilan ? La mêlée ne tient plus la route et la première ligne est inexistante à l’impact, la touche  est minable, les avants ne sont jamais au soutien du porteur du ballon, les demis semblent oublier le jeu à la Française et les lignes arrières, pour rendre le ballon à l’adversaire. Mais à qui la faute ? Celle de l’entraîneur ? Que nenni. C’est tout d’abord celle des clubs qui payent les joueurs et dont Monsieur Saint-André voudrait avoir le monopole d’utilisation avec pour résultats, plus d’étrangers comme à Toulon et moins de résultats comme à Toulouse. Ensuite c’est la faute des joueurs mais attention, pas tous les joueurs, Picamoles pour un seul désaccord a été sanctionné alors que Papé, responsable des décisions de l’arbitre contre la Pays de Galles en faisant des remarques, continue à être sur le terrain. C’est la faute de tout le monde sauf de l’entraîneur.

Absence de motivation, absence de fond de jeu, absence d’envie de jouer, c’est là le problème et c’est bien de la faute de l’entraîneur.

Le rugby Français est sur une très mauvaise pente mais s’en aperçoit-on à haut niveau ? Pense-t-on encore que Saint-André est un messie ?

 

PSA01.jpg

 

PSA devrait retourner à son garage et au moins faire amende honorable de son incapacité à gérer. Quant à Papé qu’il retourne sur son banc moussu car c’est la seule place qu’on laisse aux papés, un banc moussu pour regarder les autres faire une partie.

Attention, l’Irlande qui se profile a une autre carrure que l’Écosse et quant à changer des joueurs, chercher des joueurs responsables.

 

08/03/2014

Ces élus qui coûtent cher à la France et aux contribuables.

  

électorat01.jpg

Alors que le gouvernement doit faire des économies, alors que les collectivités locales dont les mairies devraient donner l’exemple, que voit-on dans cette campagne électorale ? D’un côté des maires de petites communes qui ont de plus en plus de difficultés à faire leur travail et à trouver des subventions pour leurs budgets, de l’autre les maires de communes importantes qui continuent sur leur lancée en promettant monts et merveilles à grands coups de milliards d’euros.

Prenons l’exemple de Toulouse, ville que j’habite. A ma gauche le Maire sortant, qui, à part rendre le centre-ville plus agréable, il faut le reconnaître, n’a rien fait pour améliorer le reste, ni les transports, ni la propreté, ni le social, quant à la sécurité, n’en parlons pas, Toulouse se rapproche de plus en plus de sa grande sœur Marseillaise. Pourtant nous avons droit à de nouvelles promesses, toutes plus somptuaires les unes que les autres, ligne de tramway alors que rien ne l’impose, un téléphérique qui ne servira à rien et j’en passe et des meilleurs. A ma droite, c’est encore mieux, on voit revenir un serpent de mer appelé « grand contournement », une nouvelle ligne de métro mal dessinée. Mais que ce soit à gauche comme à droite, on se garde bien de dire combien cela coûtera, et si par mégarde, on vous indique un prix, il conviendra de majorer de au minimum 50% pour avoir le juste prix. Eh oui, en ces temps d’élections, les économies ne sont pas à l’ordre du jour.

Et pourtant, un nouveau coup de semonce vient d’être envoyé à la France et cette fois-ci par l’Europe elle-même, mais que faire devant cet immobilisme des partis politiques et cette soif de faire profiter d’avantages à tous les copains ?

On a pu voir une loi (sera-t-elle mise en place, ce n’est pas certain) contre les cumuls, loi qui ne règle en rien d’ailleurs les dits cumuls, mais seulement une partie infime. C’est la seule chose qu’on ait pu voir depuis l’arrivée de « Moi Président ». Ce serait pourtant tellement plus simple, plus efficace et plus économique pour le contribuable de revoir le mille-feuilles électoral qui coûte si cher. Plus de 650.000 élus, soit une personne sur 100 est un élu dans notre pays, aux municipales 2014, 926.000 candidats pour 44 millions d’électeurs, des villes comme Narbonne, Carcassonne, Béziers ont autant voir plus de conseillers municipaux que des villes comme New-York, Los Angeles. La France vit au-dessus de ses moyens à cause d’élus trop nombreux, sans aucune responsabilité et trop grassement payés et cette année électorale aurait été un bon test pour commencer à donner un coup de pied dans la fourmilière des élus.

Les questions que se posent les électeurs sont pourtant simples, à quoi servent certains élus et à quoi sont-ils payés, pourquoi d’aussi nombreuses élections ???

A quoi sert le Sénat ? Plus de 350 millions d’euros plus tous les à-côté pour ne servir à rien.

A quoi sert la nouvelle tranche de jambon appelé intercommunalité ? Au départ elle devait permettre des économies mais par un savant retournement de la part des élus, elle coûte de plus en plus cher et rajoute à la cacophonie organisationnelle de la France.

A quoi servent les doublons département/régions ? A faire plaisir à un maximum de copains tout en multipliant les budgets, donc les impôts.

A quoi servent 36.000 communes, surtout depuis qu’on ne les subventionne plus ?   A titre de comparaison, il y a 12.000 communes en Allemagne et 8.000 en Italie et seulement 1900 en Belgique.

A quoi servent autant de conseillers municipaux ? Savez-vous quel est l’utilité de chacun d’entre eux dans votre ville ? Savez-vous combien ils coûtent ?

Et maintenant on vient de nous créer les super-métropoles, au nombre de 12. Quelle sera leur utilité ? Combien cela coûtera-t-il aux contribuables.

 

electorat02.jpg

 En laissant les copains de côté et avec peu d’imagination, on peut passer de 650.000 élus à 200.000 sans aucun problème et ce ne seront pas 450.000 chômeurs en plus puisque normalement ce sont des citoyens comme vous et moi.
Quelle simplification, quelles économies, quelle efficacité, mais tout cela va contre l’intérêt de nos politiques.

 

 

 

06/03/2014

Canal du Midi, Pompéi : mêmes problèmes, mêmes causes, même combat!

 

 

Canal du Midi, Pompei : mêmes problèmes, mêmes causes, même combat !

 

Saint du jour :          Sainte Olive et Saint Virgile

Contrepèteries :      Essayez donc ces bottes en plastique

                                   Le chef de l’ENA aime son petit porto du Dimanche

                                   Marine Le Pen

                                   Le charpentier réalisait un faîtage de pente            

Proverbe Français:Il faut garder une oreille pour l’accusé

Proverbe Juif:         Savoir bien se taire est plus malaisé que bien parler        

Proverbe Africain:     Quand un arbre tombe on l’entend, quand la forêt pousse pas un bruit

Proverbe Chinois :      L’échec est le fondement de la réussite        

Pensée du jour :

 

Je ne peux pas avoir d’espoir pour un monde trop plein.

Claude Lévi Strauss

 Pompei01.gif

Le Canal du Midi est un sujet qui m’intéresse, il est vrai. Mais je m’intéresse au patrimoine en général, qu’il soit Français ou autre. Et le patrimoine est en danger sur toute la planète car il semble n’intéresser personne. On vous parle de tout et en particulier de développement durable, expression totalement fausse et déplacée, le développement étant autant durable que le mouvement peut être perpétuel, surtout avec les politiques que nous avons.

Pour garantir le respect, la paix et la sécurité des patrimoines du monde il existe une institution créée en 1945 : l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture, l’UNESCO. Mais il semblerait que tout comme l’ONU soit totalement incapable de maintenir la paix (voyez ce qu’il se passe en Syrie, en Ukraine et dans bien d’autres pays), l’UNESCO est incapable de s’imposer auprès des gouvernements pour que nos patrimoines soient protégés.

On pourrait croire qu’être inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO peut être une garantie pour les monuments qui y figurent, c’est une grossière erreur et il y a belle lurette que les politiques ont compris que figurer sur la liste a des retombées financières immédiates mais n’impose rien du tout en matière de dépenses et d’entretien, preuve en est la demande d’inscription des Châteaux Cathares alors que le département de l’Aude est incapable d’entretenir 2 autres monuments classés que sont le Canal du Midi et la Cité de Carcassonne.

Ce matin, dans l’émission de France 2 vers 07.10 heures, il était question d’un des monuments majeurs figurant sur la liste du Patrimoine de l’UNESCO : la ville de Pompéi qu’on ne présente plus. Pompéi est en danger tout comme le Canal du Midi et il est curieux de faire un parallèle entre ces deux monuments :

Leur taille, 240 kilomètres linéaires pour l’un et 66 hectares, 515 maisons et 1435 édifices pour l’autre.

Leur importance culturelle, génie humain d’un côté et connaissance artistique, urbaine et sociale de l’autre.

Leur état déplorable actuel dont l’homme est en partie responsable.

Le tourisme intensif des deux sites suite à leur classement au patrimoine de l’UNESCO. Tourisme très peu contrôlé.

Même date d’inscription pour les deux sites : 1997

Mais il est un critère de rapprochement qui s’appelle entretien et financement, et là encore on ne peut s’empêcher de remarquer la similitude. D’un côté un chiffrage (totalement bidon) de 220 millions d’euros simplement pour refaire les alignements et paraît-il les berges, de l’autre un chiffrage de 105 millions d’euros pour un premier entretien de l’ensemble du site. Mais là où le rapprochement se fait encore plus singulier, c’est dans la gestion des sites, les deux étant gérés par des établissements publics. Le Canal du Midi paraît-il géré par les Voies Navigables de France (VNF) pour le compte de l’État et dont il est impossible de savoir comment sont utilisés les fonds, Pompéi géré par la Surintendance archéologique de Pompéi dépendant du Ministère des biens et activités culturels.

Pompéi a reçu une subvention Européenne de 105 millions d’euros pour subvenir à l’entretien de ce site exceptionnel, mais à ce jour, seuls 500 millions ont été utilisés, quant aux 104,5 millions restant, il s’est perdu dans les poches de multiples politiques et intermédiaires. Le Canal du Midi cherche par tous les moyens à trouver de l’argent par le mécénat (Arlésienne bien entretenue par VNF et les politiques) mais qu’en sera-t-il de cet argent si toutefois il est trouvé ? Ne nous retrouverons-nous pas dans le même cas de figure que pour Pompéi ? Une autre question se pose, pourquoi l’Europe a débloqué 105 millions pour Pompéi et rien pour le Canal du Midi ? Peut-être est-ce simplement que VNF n’en a jamais fait la demande car n’étant pas capable de gérer le monument ?!

Alors, que faut-il tirer comme leçon de tout cela ? Tout d’abord qu’il ne faut pas prendre l’UNESCO pour un centre de propagande commerciale et que le classement au patrimoine mondial devrait avoir comme premier objet, l’entretien et la restauration du site et non pas le tourisme à outrance. Dans les deux cas, on peut constater que la gestion d’établissements publics est totalement improductive et même,  dans le cas de Pompéi, source de dérapages habituels liés aux politiques avec disparition de subventions.

Alors est-ce un Club de Mécènes dont ont besoin les monuments en péril ou est-ce d’un club de gestionnaires pour pallier l’inefficacité chronique d’Établissements Publics qui n’ont aucune notion de rentabilité ?