Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/02/2014

Arnaque de l'éolien et des industries du vent!

 Eolien : l'Etat risque le remboursement de plusieurs milliards d'euros

Par Jean-Louis Butré
Président de la FED
mardi 18 février 2014


Pour la Cour de Justice européenne, le tarif de rachat de l'électricité éolienne est contraire aux règles communautaires. L'Etat va-t-il devoir rembourser ces surfacturations illégales?

 


Le Conseil d'Etat saisi d'une plainte de l'association Vent de Colère et de 11 autres requérants, avait consulté la Cour de Justice de l'Union Européenne sur la nature de la majoration du tarif de rachat de l'électricité éolienne qui s'impose à EDF notamment.

La réponse est venue par arrêt du 19 décembre 2013: la majoration du tarif de l'électricité dont le financement est compensé par les consommateurs d'électricité constitue «  une intervention au moyen de ressources d'Etat ». La  Cour n'a pas estimé devoir limiter dans le temps les effets de son interprétation. Cette aide est donc contraire au Traité de l'Union et devrait être déclarée illégale par le Conseil d'Etat.

L'arrêt de la Cour de Justice de l'Union Européenne n'a pas été beaucoup commenté alors que ses conséquences financières pourraient être considérables pour l'Etat français.

Une sur-facturation illégale?

Le financement nécessaire pour garantir la majoration du tarif d'achat de l'électricité est en effet compensé par une taxe facturée par EDF au consommateur, la  Contribution au Service public de l'électricité (CSPE), elle-même soumise à TVA. Cette taxe est en constante augmentation et depuis 2014 elle constitue hors abonnement  12  % de la facture d'électricité des ménages.

Le Conseil d'Etat se considérera-t-il lié par la décision de la cour européenne ? Dans ce cas, la CSPE  pourrait-être  considérée comme une  surfacturation illégale.

En tout état de cause, contrairement à toutes les affirmations des industriels de l'éolien,  la fabrication d'électricité à partir d'éoliennes  ne relève plus du  développement d'une technologie naissante puisqu'elle est mature et n'a plus aucune raison d'être subventionnée par des mécanismes directs ou indirects, de surcroît supportés par les consommateurs et les entreprises.

Selon la Fédération Environnement Durable,  qui regroupe 906 associations, il est plus que temps d'arrêter le développement d'une source d'énergie intermittente et inefficace sur le plan économique, génératrice de pratiques financières souvent douteuses, et qui porte atteinte à l'environnement, au cadre de vie des personnes et au patrimoine touristique français.

Les consommateurs victimes de l'éolien

En 2013  les  5000 éoliennes actuellement implantées sur  la  France ont produit 2,9% de la  production d'électricité nationale. Pour atteindre les objectifs fixés par l'Europe dans le domaine des énergies renouvelables, la mesure phare de la transition énergétique du programme du Président François Hollande consisterait à continuer à implanter sur la France jusqu'à  25.000 éoliennes en suivant le modèle allemand. Cette stratégie si elle  n'est pas abandonnée conduirait   au doublement du prix de l'électricité des ménages français. En Allemagne  le prix de l'électricité est de 27 centimes d'euros le kilowatt-heure  contre 13,7 centimes  d'euros le kilowatt-heure en France.

Selon les nouvelles propositions de la Commission Européenne ce sont  les consommateurs européens qui supporteraient la politique de développement des EnR et principalement de l'éolien. Les industriels énergétivores ont fait savoir qu'ils n'accepteraient pas les surcoûts de l'électricité qui mettent en danger la compétitivité de leurs entreprises..

La   "transition énergétique" centrée sur l'éolien  est  donc porteuse  d'injustices sociales et en France il est légitime de s'interroger sur le bien fondé de cette  orientation  pour sortir un pays de la crise au moment ou le gouvernement cherche à économiser 50 milliards d'euros et  que 4 millions de ménages sont déjà en situation énergétique précaire et n'ont plus accès à l'énergie électrique sans des aides

08/02/2014

Loto Euromillions: Encore un vol de cet État qui se dit socialiste!

  

loto1.png

Je suis comme plusieurs millions de Français, je joue au Loto et particulièrement à Euromillions car c’est l’une des seules manières qu’il reste à certains d’améliorer l’ordinaire.

Hors, Mardi dernier, surprise lorsque je suis arrivé avec mes tickets, non seulement il fallait les refaire car les grilles avaient été modifiées, mais le tarif était passé de 2 euros la grille à 2,50 euros, soit une augmentation de 25% sur l’un des jeux préférés des Français. En contrepartie, la Française des Jeux (FDJ) donc l’État, permettait à un Français, par tirage au sort, de gagner un million d’euros.

Alors faisons un rapide calcul pour voir comment l’État profite des joueurs de Loto. A chaque tirage de l’Euromillions, une moyenne de 30 millions de grilles sont jouées dont 21% par des Français soit presque 6 millions de grilles. Une augmentation de 0,50 euros par grille représente pour l’État une rentrée de plus de 3 millions d’euros à chaque tirage donc 312 millions par an. Il va reverser 1 million d’euros à un seul et unique joueur à chaque tirage, soit 104 millions par an. Bénéfice de l’État = 208 millions d’euros.

La contrepartie, 1 million pour un seul joueur et encore ne saura-t-on jamais si ce million a été vraiment gagné puisque la FdJ ne communique plus rien sur l’identité des gagnants.

Trouvez-vous normal que, maintenant, les Français payent 25% de plus que les autres Européens pour un même tirage, alors que la Société d'État FdJ est Française?

Résultat global : L’État se touche un minimum de 208 millions d’euros sur le dos des joueurs par un simple tour de passe-passe.

 Cette fois-ci, j’arrête vraiment de jouer suite à ce banditisme de l'État.

 

  

loto2.jpg

 

29/01/2014

Elections : la grande déprime de Hollande et du PS.

Suite aux brillants résultats remarqués ces derniers jours et surtout suite à de nouvelles promesses qui se sont révélées, une fois de plus, impossibles à tenir, nous pouvons voir actuellement un grand branle-bas et évidemment de nouvelles promesses, de la part et de François Hollande et du PS.

De la part du sous-Pape François (normal qu’il ai du retard à l’allumage) :

  • Pacte de responsabilité pour se mettre dans les petits papiers du patronat et des syndicats

  • Visite au vrai Pape François pour s’attirer la bienveillance de l’église et des catholiques après le mariage pour tous et la nouvelle loi sur l’IVG.

  • Mise à l’étude de la charte sur les minorités linguistiques et culturelles (une nouvelle fois et sans doute sans lendemain), mais ça marche auprès de certains rigolos.

  • Annonce inconsidérée de réduction d’impôts vite contredite par certains membres du gouvernement.

Accroches-toi aux branches mon petit père François. Tu n’aurais pas quelques promesses pour les retraités, les chômeurs, les fonctionnaires, les agriculteurs, les travailleurs (s’il en existe encore) ou tout simplement les socialistes qui semblent serrer les fesses à l’approche des élections !

Mais ces mêmes socialistes de sont pas en reste et pas plus tard que ce matin, réception d’un mail de la part d’un groupuscule baptisé….. NVS (Nouvelle Voie Socialiste), nouvelle voie signifie sans aucun doute nouvelles promesses et nouveaux mensonges. Comment ce groupuscule a pu obtenir mon adresse mail, mystère, mais la proposition de ce « Nouveau Socialisme» est à pleurer de rire. Tout va changer grâce à des conférences-débat, une communication d’idées et propositions et un interface de communication Facebook. Autant dire, on recommence à parler, encore parler et toujours parler, mais agir ? JAMAIS ! Quand c’est fini, on recommence surtout que cette boîte à idées nommées NVS existe déjà sous le nom de Terra Nova Think Tank d’incubation d’idées du PS et de laquelle rien n’est encore sorti.

Tout cela ne donne vraiment pas envie d’aller voter, surtout que les bulletins blancs et abstentionnistes ne sont toujours pas considérés comme étant des électeurs de droit (pas de droite).

11/01/2014

La sécurité en France se limite-t-elle à Dieudonné?

 Sans vouloir donner raison aux protagonistes, qu’il s »appelle Dieudonné ou Valls, voilà encore une affaire montée en épingle et qui sort de son contexte. On voit encore une affaire qui aurait pu être réglée rapidement et sans faire de vague, mise en exergue et débordant complètement de son contexte. L’affaire Dieudonné a été menée exactement comme celle de la trop fameuse Léonarda.

 Il est vrai que la montée de l’antisémitisme est inquiétante mais la façon de monter en épingle la connerie d’un soi-disant comique est encore plus inquiétante. La finalité de cette affaire, Dieudonné a eu une publicité gratuite de la part du gouvernement tout comme Léonarda y avait eu droit et on voit tous les imbéciles de France reprendre un geste idiot autant que dévastateur.

 On a au moins pu s’apercevoir que c’est fou le nombre d’abrutis sans cervelle ni imagination, reprendre un geste par imitation. Les moutons de Panurge sont loin d’être tous morts.

 En attendant, il existe des lois, des milliers de lois qui se chevauchent et se contredisent. Alors, utilisons ces lois que savent si bien voter nos Députés et Sénateurs en catimini, et qu’on nous foute la paix avec cette histoire qu’on aurait dû voir dans la colonne faits divers.

 

10/01/2014

Canal du Midi : un avenir plus qu'incertain!

 Et tout à coup, plus de nouvelles, plus rien. Seules sont reprises les sempiternelles news émanant de Voies Navigables de France et reprises pendant des mois par tous les journalistes en mal d’informations. Actuellement, les journalistes nous abreuvent de la même nouvelle, le mécénat et les entreprises, mais aucune nouvelle des sommes données par ceux qui, paraît-il, font partie du club des mécènes, aucune nouvelle des sommes données par les particuliers depuis maintenant plus de 9 mois, aucune nouvelle des sommes allouées par l’État et les collectivités locales, et toujours aucune nouvelle concernant un calendrier des plantations.

canal01.jpg

Le Canal comme on l'aime, avant les VNF


J’ai retrouvé en regardant mes archives dans lesquelles figurent les très nombreuses chartes, études, livres blancs et autres déclarations d’intentions, une déclaration d’une personne se disant politique, si tant est que EELV fasse de la politique. Cette déclaration qui date de Mars 2011, il y a donc 3 ans, démontre  l’incapacité des politiques,  l’incompétence des VNF ainsi que les nombreux mensonges entourant la gestion des voies d’eau en France.

Cette déclaration qui pourtant contient d’excellentes idées ainsi que des remarques dénotant une bonne connaissance de la situation, n’a eu pour but que de se faire plaisir pour la personne qui l’a écrite et rejoint exactement les autres déclarations d’une autre élue écologiste au Parlement Européen. On en parle au moment des élections puis plus rien pendant 6 ans. Qu’a-t-il été fait depuis cette note du 18 Mars 2011 ? RIEN, ABSOLUMENT RIEN, et pourtant cette personne trônait parmi les personnalités du très inutile Congrès Mondial des Canaux et Voies d’Eau.

On peut toutefois y apprendre que les VNF se sont déchargées sur les collectivités locales et on peut même se demander à quoi sert cet Établissement Public. Dans Toulouse par exemple, il existe ce qu’il est appelé des conventions de superpositions de gestion entre la ville de Toulouse, La communauté urbaine et les VNF. C’est la ville qui aménage les chaussées, rues, pistes cyclables, nettoie et entretient les espaces verts des berges et même nettoie le miroir du canal. Alors que reste-t-il à faire pour les VNF, entretien des écluses, entretien des consolidations de berges (non fait comme on peut le constater), désenvasement (non fait comme on peut le constater lors des périodes de chômages). Cela coûte très cher pour un Établissement Public qui ne fait rien, surtout que nous payons des impôts pour entretenir cet Établissement et nous payons d’autres impôts locaux pour effectuer le travail non fait par ce même Établissement. D’autres exemples ? Il existe une même convention de superposition entre le Conseil Général de l’Aude et les VNF pour fournir les plans d’arbres pour la replantation, 21000 arbres sur les 42000 prévus sans que les VNF n’aient défalqué le moindre euro de la somme de 200 millions d’euros. Et de ces conventions, il doit en exister des centaines entre les diverses collectivités, régions, départements, communes, ce qui fait que les VNF ne sont plus responsables de rien quant à l’entretien du monument et des voies d’eau. Et pourtant le peu qu’ils leur reste à faire, n’est pas fait ou mal fait. Il suffit de voir comment a été traitée l’épidémie du chancre coloré, et le feuilleton continue actuellement avec les tests de vaccination.

canal02.jpgLe Canal de l'avenir revu par les VNF 

 

Comme il est dit dans la déclaration de Mars 2011 citée plus haut, le Canal a été saucissonné et les communes touristiques ont conventionné avec les VNF.

Plus on donne aux VNF, moins ils ont à faire et moins ils n’en font, tel est la conclusion. Alors que vont devenir le Canal du Midi et le Canal des Deux Mers avec un tel gestionnaire ? C’est une question qui n’est pas prêt d’avoir une réponse de la part des pouvoirs publics. Plus on tarde et plus l’avenir du Canal apparaît plus sombre surtout avec l’absence de mouvements sur les canaux pendant près de 7 mois de l’année et une approche économique très limitée.